L’interdépendance des droits de l’homme au principe de toute gouvernance démocratique

Commentaire de Souveraineté et coopérations (2019) – Nouvel ouvrage de Patrice Meyer-Bisch, Stefania Gandolfi, Greta Balliu (éds.)


Pourquoi la notion de « souveraineté démocratique » est-elle si pervertie ? Pourquoi les États s’en considèrent-ils comme les détenteurs, alors que la souveraineté des peuples est constitutive de l’idée même de démocratie ? L’hypothèse d’une « Approche basée sur les droits de l’homme en développement » (ABDH) est que l’analyse de chaque droit de l’homme et de leurs interdépendances, est la voie concrète et contraignante pour tracer des chemins de souveraineté démocratique tout en valorisant la diversité des interprétations. Tous les droits de l’homme sont des facteurs de développement puisqu’ils garantissent des accès, dégagent des libertés et renforcent des responsabilités : ce sont des exercices de souveraineté partagée. Tous les acteurs d’une société en ont la responsabilité. En ce sens, une souveraineté démocratique, œuvre d’intelligence commune, implique des responsabilités aux échelles multiples. Les principes sont universels, leurs inventions et leurs pratiques sont singulières. Cet ouvrage est un commentaire du petit livre : Souveraineté et coopérations. Guide pour fonder une gouvernance démocratique sur l’interdépendance des droits de l’homme, paru en 2016 chez le même éditeur.



 

 

Cet ouvrage – en ligne et sur papier – est un commentaire du petit livre :



Souveraineté et coopérations: Guide pour fonder toute gouvernance démocratique sur l’interdépendance des droits de l’homme (2016)
Patrice Meyer-Bisch, Stefania Gandolfi, Greta Balliu (éds.)


La souveraineté est un principe universel fondée sur l’exercice de tous les droits de l’homme interdépendants ; elle se réalise au travers de multiples coopérations. Chaque droit de l’homme est une capacité et un facteur de développement puisqu’il garantit des accès, dégage des libertés et renforce des responsabilités. Cela signifie que la réalisation de chacun des droits civils, culturels, économiques, politiques ou sociaux constitue un développement des personnes et des tissus sociaux. Cette synthèse se présente comme un guide théorique destiné aux responsables de politiques et de structures publiques, d’organisations de la société civile ou d’entreprises, aux praticiens pour le montage interactif des projets, de leur suivi et de leur évaluation, et enfin aux responsables de formation et aux étudiants.



Ce guide et son commentaire développé sont issus d’un programme consacré aux Droits humains en tant que grammaire démocratique du développement, organisé en partenariat entre l’Institut interdisciplinaire d’éthique et des droits de l’homme et la Chaire UNESCO de l’Université de Fribourg, la Chaire UNESCO de l’Université de Bergamo et l’Observatoire de la diversité et des droits culturels à Fribourg.


Précédentes publications de ce programme : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=42177

Share your thoughts

Aller à la barre d’outils