24 / Cultiver la texture sociale. Comprendre le potentiel social des droits culturels

PMBNordVilleneuveArticle de Patrice Meyer-Bisch, Vie sociale, 2014 (à paraître).

La thèse de cette contribution est que toute texture sociale se forme, se développe, se maintient et s’adapte, à partir d’un tissage de savoirs. Là se situent les principales sources de développement, mais aussi de souffrances et de conflits. Cela suppose que le tissu social ne soit pas compris comme un englobant surdéterminant les actions individuelles, mais comme une interaction entre des personnes en quête de libertés, plus ou moins capables d’authentifier elles-mêmes leurs liens sociaux, et en tous cas en droit de le faire. La formation, le choix ou le rejet, l’innovation de textures sociales diverses, sont ici comprises comme des interactions entre des sujets en droit d’exercer leurs libertés. En assurer les capacités relève de la responsabilité commune, notamment au niveau politique ; c’est du moins le principe d’une culture démocratique.