07 / L’existence bafouée des jeunes précaires

ProjetArticle écrit par Bernard Eme, paru dans la revue le Projet, n°289 – 2005/6, le 1er juin 2005.

L’injustice sociale n’est pas qu’un écart par rapport à des normes de justice (idéale), elle est une production sociale ordinaire des institutions ou des organisations qui, ainsi, contribuent à des existences mutilées des individus. L’injustice sociale n’est pas que le double, en négatif de la justice, elle possède la spécificité d’être une des « conséquences pratiques » des institutions, qui engendre un « vécu de l’injustice », accompagné plus ou moins fortement d’un « sentiment d’injustice ». Ce vécu et ce sentiment se traduisent dans des relations de reconnaissance « dépréciative », « décalée », « insatisfaisante ».