Institut interdisciplinaire d’éthique et des droits de l’homme (IIEDH)

L’Institut interdisciplinaire d’éthique et des droits de l’homme existe depuis 1987 au sein de l’Université de Fribourg. Il s’agit d’un institut interfacultaire de droit public, de recherche, recherche-action et enseignement dont la mission interne est de rendre accessible à chaque étudiante et étudiant de l’Université l’éthique et les droits humains durant son parcours. Il est coordonné par Patrice Meyer-Bisch, docteur en philosophie.

Depuis 1998, une Chaire UNESCO pour les droits de l’homme et la démocratie a été attribuée à la chaire de droit constitutionnel de langue française, dans le cadre des activités de l’Institut. La mission de cette Chaire consiste à développer la recherche, mais aussi l’enseignement, en lien avec le réseau mondial des Chaires UNESCO, et de développer en Suisse les valeurs de la démocratie et des droits de l’homme.

A l’extérieur de l’université et sur la scène internationale, les colloques et partenariats se sont multipliés à Fribourg et sur plusieurs continents dans les domaines principaux de recherche que sont les droits culturels – dimension essentielle mais jusque là négligée dans le système des droits humains – et l’éthique économique – qui se concentre principalement sur la responsabilité des acteurs économiques à l’égard des droits humains. L’Institut est également membre, depuis 20111, du Centre suisse de compétences pour les droits humains (CSDH).

Afin de développer en réseau les recherches sur les droits culturels, l’IIEDH a créé en 2004 l’Observatoire de la diversité et des droits culturels comme programme de recherche lié à de nombreux partenaires. Cet « observatoire » n’est ni une institution nouvelle, ni un simple réseau d’échange, c’est un réseau organisé et extensif d’observations, d’expertises, d’actions et de formation qui permet de développer des recherche-action comparatives et des méthodologies d’observation comme celles qu’il anime dans le Réseau arabe UNESCO-ISESCO de recherche-action sur les droits économiques, sociaux et cultuels (ARADESC). Cette observation est participante car elle implique les instituts de recherche et de formation, mais aussi les différents acteurs sociaux et institutionnels concernés, avec l’objectif d’élaborer des stratégies sociales, juridiques, économiques, politiques, de communication et de formation.

Le lancement en 2007 de la Déclaration de Fribourg rassemblant et précisant les dispositions éparses dans les instruments juridiques internationaux, puis la publication du Commentaire, article par article en 2010, a donné une nouvelle notoriété et extension à ce réseau formé d’experts des cinq continents et d’une plateforme. Il a acquis une position de pointe mondialement reconnue dans le domaine des droits culturels, par ses activités de recherche et de promotion auprès des Organisations intergouvernementales et des Organisations de la société civile et a pu contribuer à orienter les développements sur cette thématique à l’UNESCO, à l’organisation internationale de la Francophonie, au Conseil de l’Europe et aux Nations-Unies.

Le contenu de la Déclaration de Fribourg et de ses commentaires ouvre un vaste champ de recherches :
•    Sécurité humaine: extrême pauvreté, violences et démocratie
•    L’éthique du développement (entre autres avec la Chaire UNESCO de Bergame)
•    Les greniers à mots
•    Les indicateurs du droit à l’éducation
•    Les observations contrastées

Chacun de ces champs de recherche a donné lieu à des documents de synthèses, documents de travail et publications qui peuvent être consultés sur le site. L’Observatoire produit également une lettre périodique de nouvelles diffusée dans ces réseaux.

L’Observatoire dispense de nombreuses formations d’introduction aux droits culturels, en lien avec les questions de pauvreté, de violence, de développement durable et de citoyenneté. Ces formations on parfois été coorganisés avec les autres membres du consortium du projet européen Paideia.